VAGINOPLASTIE MÉDICALE PAR LASER ET RADIOFRÉQUENCE

C’est quoi la laxité vaginale?

La laxité vaginale ou « Vagin trop large » est un problème répandu, mais encore tabou. Avec le temps les parois vaginales finissent par être distendues et s’affaissent, c’est ce qu’on appelle la laxité vaginale. Les patientes ont l’impression d’avoir un vagin trop ouvert au niveau de sa partie initiale et globalement trop large. Cela cause une perte de plaisir et de sensibilité pendant les rapports sexuels et souvent un sentiment de culpabilité.

Laxité vaginale : les causes

Il existe trois causes de laxité vaginale :
♦ L’âge : avec le temps la production de fibres collagène au niveau de la muqueuse vaginale se réduit, le vagin devient alors moins tonique et se relâche.
♦ Les changements hormonaux : la chute du taux d’œstrogènes, notamment à la ménopause, est responsable d’une réduction de l’épaisseur et de l’hydratation de la muqueuse vaginale.
♦ L’accouchement : lors d’un accouchement par voie basse, le passage du nouveau-né dans le canal vaginal étire les fibres de collagène de la muqueuse et souvent les endommage.
♦ La chirurgie pelvienne qui fragilise le périnée.

→ Find out more about hyaluronic acid

Dans quel cas faire une vaginoplastie médicale ?

Cette pathologie touche des millions de femmes à travers le monde. Multifactorielle, la dilatation du canal vaginal est souvent associée à des symptômes du syndrome génito-urinaire de la ménopause : l’atrophie vulvo-vaginale, la dyspareunie (douleurs chroniques ressenties durant les rapports sexuels), la sécheresse vaginale ou encore les démangeaisons. Ce relâchement a également pour conséquence une diminution de la satisfaction sexuelle, se traduisant par des difficultés à atteindre l’orgasme vaginal.

La vaginoplastie laser est conseillée en cas de :
♦ Relâchement vaginal modéré sans faiblesse musculaire associée.
♦ Désir d’accentuer le plaisir sexuel.
♦ Atrophie vulvo-vaginale.
♦ Syndrome génito-urinaire lié à la ménopause.

The contraindications are :
♦ La grossesse.
♦ Les lésions ou infections de la zone à traiter.
♦ Un saignement vaginal d’origine méconnue.
♦ Les menstruations.

→ Find out more about vaginal laser

Les techniques pour le rajeunissement vaginal et la laxité vaginale

Le laser est un outil efficace pour réaliser une vaginoplastie sans chirurgie. Il s’agit d’un acte médical pratiqué en cabinet permettant de remédier au syndrome de relâchement vaginal. Grâce à ce traitement, le vagin est tonifié, rétréci, remodelé. La patiente peut ainsi retrouver une vie sexuelle et intime épanouie.

Un premier entretien est organisé avec la patiente, suivi d’un examen gynécologique. Un examen gynécologique, chez un gynécologue, avec frottis cervico-vaginal normal doit être réalisé moins d’un an avant la première séance, afin de dépister d’éventuelles néoplasies, infections ou lésions. Un examen cytobactériologique des urines est également réalisé dans un laboratoire, quelques jours avant la séance. En cas d’infection urinaire, la vaginoplastie n’est pas pratiquée.

Aucune anesthésie n’est nécessaire pour pratiquer l’intervention.
Un speculum laser à usage unique présentant une échelle centimétrique est utilisé pendant le traitement.

Résultats : les avant/après du traitement de la laxité vaginale

L’amélioration du tonus vaginal est déjà ressentie un mois après la première séance, le résultat définitif est appréciable trois mois après la séance.
Une réelle différence est constatée trois mois après la deuxième séance.
Le traitement d’attaque prévoit deux à trois séances. Le traitement d’entretien nécessite une séance par an.
La patiente peut reprendre son activité quotidienne habituelle durant la phase post-intervention, la cicatrisation se faisant naturellement. Il est toutefois conseillé d’éviter les rapports sexuels durant au moins trois jours. Des pertes rougeâtres sont normales pendant 3 ou 4 jours. En cas d’antécédents d’herpès génital, une prophylaxie herpétique est prescrite.

 

Rates

Type de consultation Tarifs généralement pratiqués
Laser
CHF 600 per session

Other areas to be treated

Increase in the G-spot

Vaginal dryness

Augmentation of the labia majora

Beaded crown of the glans

Stress urinary incontinence